Bien que l'idée initiale nous provienne d'outre-Atlantique, l'association a, dans ses premières années, déployé des sites très innovants pour l'époque : réseau social des polytechniciens, réseau de mises en relations professionnelles Manageurs.com, sites éditables en temps-réel sans avoir besoin d'être spécialiste (à l'époque, les wikis n'existaient pas)... mais, étonnamment, il n'a jamais été question de déposer un brevet sur ces innovations !

La première phase (2000-2003) de développement assez intense (création du site des groupes Polytechnique.net, lancement de la plate-forme Manageurs.com...) précède une baisse du rythme de développement. Le dernier chantier marquant est la "migration" de la plate-forme web en PHP qui se nommera Plat/al (Platform for Alumni) en octobre 2004, avec deux objectifs : maintenabilité et anonymisation du code, autant que possible, afin de rendre celui-ci exploitable par les générations futures et de le proposer à d'autres communautés. L'objet statutaire de l'association évolue d'ailleurs en ce sens, la même année (2004).

À cette époque (2003-2005), les rapprochements inter-écoles démarrent, surtout pour permettre l'interopérabilité des authentifications avec l'arrivée sur internet de nombreuses communautés d'anciens. Ce projet n'est d'ailleurs toujours pas finalisé du fait du manque d'accord sur les interfaces à utiliser. L'instabilité des interlocuteurs et la volatilité de leurs moyens techniques et humains ne permet pas, du moins au début de cette période, des avancées concrètes. C'est également à cette époque que les premières discussions entre les X-doctorants et Polytechnique.org ont lieu en vue d'un éventuel futur rapprochement, ou, du moins, d'une entraide, qui n'aura finalement pas lieu faute de compétences techniques pour prendre en main le site web. La plate-forme Plat/al, logiciel libre, est distribuée sous le système arch, puis svn, enfin git afin de faciliter les développements en plusieurs groupes, pour que chacun bénéficie des développements des autres. Mais très peu de développements proviendront de l'extérieur de Polytechnique.org, du fait du manque d'expertise technique ou de ressources disponibles chez nos interlocuteurs dont les outils de gestion de communauté en ligne sont encore balbutiants. Plus tard, la quasi-totalité d'entre eux fera appel à de la sous-traitance pour la gestion des communautés en ligne.

En 2005, Polytechnique.org fait face à une diminution de ses capacités humaines en développement web, les effectifs de développeurs régulièrement actifs tombant à 1 voire parfois 0. En parallèle, la moyenne d'âge augmente : les forces actives, alors principalement constituées par les élèves de 3è et 4è année, glissent progressivement vers les 4A et les jeunes actifs. Les élèves ont moins de temps à consacrer aux activités extra-scolaires, l'Association craint pour son avenir et doit évoluer. Le conseil d'administration "vieillit", différents courants de pensée s'affrontent pour l'évolution de l'association, puis la situation redevient plus calme, les décisions et les responsabilités se stabilisent. Fin 2006, une seconde profonde refonte du code a lieu et les développements s'intensifient à nouveau. Dès lors, la fusion des annuaires en ligne AX et Polytechnique.org, pour proposer à la communauté un point d'entrée internet unifié, sera activement à l'ordre du jour.

En 2007-2010, ce sont les innovations techniques qui prennent le relais : géolocalisation, amélioration des filtres anti-spam, sauvegardes d'emails, interconnexion avec Gmail, fourniture d'une ferme de Wiki puis de Blogs remplaçant l'antique Diogenes... Pour intégrer l'augmentation des services sans réel accroissement des ressources humaines, la gestion technique des serveurs doit s'organiser et s'industrialiser : nouvel organigramme des équipes, serveur dédié à la supervision et aux journaux, énorme travail de documentation fonctionnelle et technique, ré-organisation des sauvegardes et de la gestion des configurations systèmes, écriture de nombreux outils, stabilisation des équipes techniques, création d'une fonction "correspondant informatique et liberté"... Sur le plan des relations extérieures, l'association est enfin reconnue dans le paysage de la communauté des anciens, comme en témoigne son accueil au sein de la commission "communication" avec l'AX, l'Ecole et la FX. Quant à Plat/al, cette plate-forme est enfin utilisée par un acteur non polytechnicien, la communauté des Arts et Métiers.

Aujourd'hui l'association, forte de plus de 17.000 membres inscrits, relayant près de 2 millions de messages par mois, fonctionne avec trois serveurs de production, un serveur de supervision et un serveur de développement. Un vieux serveur en donation deviendra sous peu un serveur de test d'infrastructure, pour pouvoir effectuer des tests systèmes sans nuire au développement web. Les serveurs sont modestes, autour de 2000 euros à l'achat, et ne sont généralement pas plus puissants qu'un ordinateur de bureau moderne. L'outil de développement web Plat/al vient de franchir la version 1.0, ce qui signifie qu'il est entièrement modulaire et utilisable tel quel par d'autres communautés, comme les Arts et Métiers. Plat/al est également prêt à recevoir aujourd'hui d'autres profils (les masters et doctorants de Polytechnique) au sein de son annuaire.

Pour sa seconde décennie, Polytechnique.org devra survivre dans un internet qui va rapidement évoluer, tant dans l'usage qui en est fait (concurrence des réseaux sociaux) que dans sa gouvernance (oligopoles des fournisseurs de messagerie). La compétence technique devra rester interne et de haut niveau afin de conserver la maîtrise des données et des systèmes, sans céder à la tentation de l'externalisation qui anéantirait l'utilité de l'association. Polytechnique.org devra pour cela continuer d'associer jeunesse et sagesse, bonne humeur et compétence, réactivité et sérénité, attentes des utilisateurs et contraintes internes. Que sera Polytechnique.org en 2020 ? Les paris sont ouverts !

10ans-full