Depuis quelques mois, plusieurs camarades ont utilisé les listes promo pour contacter l'ensemble de la communauté polytechnicienne. Je ne rentrerai pas dans le débat sur le contenu de ces emails, mais plutôt sur la méthode utilisée et ses conséquences. Bien sûr, nous fournissons des outils de communication et ils sont faits pour être utilisés, mais le détournement de leur usage pose différents types de problèmes.

Problèmes techniques

Bien sûr ce sont les problèmes que nous rencontrons le plus souvent de notre côté : quel type de serveur répondra le mieux aux besoins en emails (envoi, listes de diffusion et adresses de redirection) de nos camarades. Nous sommes maintenant assez rodés et le "tout venant" ne pose plus de soucis aux machines modernes. Cependant la configuration de logiciels complexes demande un savoir-faire notable et une attention soutenue afin de bloquer les messages indésirables (90 % des emails que nos serveurs reçoivent) sans perdre ceux qui sont légitimes (notamment lors des changements de version de logiciel).

Malgré tout, envoyer une pièce jointe de 5 Mo sur une liste de diffusion ayant 500 membres demande à notre serveur de traiter 5Mo * 500 = 2,5 Go de données en flux tendu, en plus de la charge habituelle. La RAM s'est largement démocratisée ces dernières années, mais cela représente quand même un pic extrême par rapport à la charge normale. Devons-nous nous lancer dans une "course aux armements" et nous ré-équiper de serveurs flambant neufs tous les ans (la durée de rotation actuelle est plutôt 5 ans) ? Cela demanderait également de re-configurer les logiciels, faire des tests de non-régression, etc. L'équipe actuelle de Polytechnique.org n'est pas dimensionnée pour cela. Cela est dû au fait que le protocole des emails (SMTP) n'est pas fait pour transporter autre chose que du texte. Il y a bien d'autres façons d'envoyer des fichiers, plus efficaces et moins consommatrices de ressources (HTTP, FTP). Il n'est aujourd'hui pas difficile de trouver un hébergement de fichiers sur le web.

Il faut noter également que le temps que l'équipe "mail" de Polytechnique.org passe à bloquer de tels envois (ou à réparer les serveurs suite à un envoi légitime) n'est pas passé à améliorer nos outils.

Enfin le fonctionnement des serveurs de mail fait que si trop de personnes marquent comme spam des emails venant de nos serveurs, il y a un risque réel que nos serveurs soient bloqués par AOL, Orange ou autres car notre proportion de spam serait élevée. Ce système permet de se protéger efficacement de réseaux de d'ordinateur infectés par des virus, mais peut rapidement blacklister de petits fournisseurs de services comme Polytechnique.org.

Problèmes organisationnels

Cependant les problèmes techniques ne sont finalement pas les plus graves : on arrivera toujours à se débrouiller pour faire fonctionner un ordinateur, même si le logiciel est compliqué. Le véritable problème est celui de la confiance dans l'outil.

En effet si les messages adressés aux listes promo n'ont plus de rapport avec la promo, les camarades vont se désinscrire progressivement, et 2 ans plus tard, lorsque les caissiers voudront organiser un magnan promo, ils devront partir à la recherche de leurs cocons avec plus de difficultés qu'auparavant. Il est vrai qu'il y a toujours des "débranchés", mais ce n'est pas le même travail d'en gérer une dizaine (que l'on va peut-être réussir à réinscrire) plutôt que la moitié de la promo qui ne veut plus utiliser les outils de Polytechnique.org parce qu'ils ont été détournés de leur but.

Très pragmatiquement, utiliser les listes promo massivement reste suspendu au bon vouloir des modérateurs. Ainsi la diffusion n'est pas assurée, et elle le sera d'autant moins que les utilisations seront fréquentes. Je suis un partisan farouche de la décentralisation des décision pour ce genre de cas, et Polytechnique.org a laissé la modération des listes promo à des caissiers (ou missaires ou autres représentants volontaires), ce n'est pas pour leur retirer cette responsabilité dès que la situation change. Ainsi celui qui envoie le message n'a aucune assurance de diffusion. De plus les emails restent retenus un certain temps, ce qui empêche la synchronicité du débat (en fonction de la vitesse des modérateurs).

Ensuite, et ce n'est pas le moindre des problèmes, si de nombreux messages sont échangés, les modérateurs ne seront certainement pas devant leur ordinateur en permanence et recevront plusieurs emails de rappel. Cela combiné au fait que la procédure de refus (contrairement à l'acceptation ou au classement en spam) est nécessairement "un par un" met la motivation des modérateurs à rude épreuve. Plusieurs nous ont fait part ces derniers jours de leur agacement, voire de leur volonté (compréhensible) de rendre leur charge. S'il n'y a pas de nouveau volontaire, les listes sont gérées par l'équipe du support de Polytechnique.org qui n'est pas réputée être la plus coulante. Cela n'est bon ni pour les cocons (qui ratent des messages qui les intéressent peut-être), ni pour l'équipe Polytechnique.org (qui n'a pas un temps extensible, cela se fait donc à la place du développement).

Ce que dit la loi

La loi Informatique et Liberté de 1978 (et mise à jour régulièrement depuis) est assez stricte sur le courrier non sollicité. Elle prévoit 5 ans d'emprisonnement et 300 000 € d'amendes pour la plupart des infractions. Il est à noter que cela ne concerne pas uniquement l'inscription à une liste de diffusion sans accord préalable, mais également le détournement d'une liste de diffusion (cf art 226-21 du code pénal).

L'équipe de Polytechnique.org est très attentive à ces problématiques et cet engagement n'est pas seulement une "peur du gendarme", mais un devoir au vu de la confiance que vous êtes nombreux à nous témoigner régulièrement.